Actualités régionales

Pour Carole Delga, "les animaux sauvages n'ont pas leur place dans un cirque"

08 janvier 2020 à 16h12 Par Léo FICHOU
La présidente d'Occitanie a répondu via un communiqué.
Crédit photo : DR

La présidente d'Occitanie est formelle, les animaux sauvages doivent être dans la nature et non au cirque !

« Interpellée à plusieurs reprises sur ce sujet, je suis personnellement contre l'exploitation d'animaux à des fins de représentations publiques. Les animaux sauvages n'ont pas pour rôle de divertir un public. Leur place doit être dans leur environnement naturel. Sans doute faudra-t-il légiférer au niveau national, mais aujourd'hui la décision d'interdire les cirques avec les animaux sauvages appartient d'abord aux mairies. Ce sont elles qui délivrent les autorisations et je ne peux qu'encourager les maires d'Occitanie à ne pas accueillir de cirques avec des animaux sauvages comme c'est déjà le cas dans plusieurs villes du territoire. » a notamment déclaré Carole Delga.
 
Pour rappel, l'Occitanie est une terre de cirque. Elle possède un vivier de talents parmi les plus créatifs de France. C'est d'ailleurs la première région de France et deuxième région au niveau mondial en nombre de compagnies circassiennes accueillies sur le territoire (plus de 300). C'est pourquoi, la Région s'implique aux côtés de l'ensemble des acteurs du cirque de la formation à la diffusion, en passant par les étapes de production et de création. Le soutien à cette filière, s'élève à plus de 1,6 M€, en 2019. Par contre, la Région ne soutient pas les cirques qui présentent des animaux sauvages.
 
Lors de la dernière Assemblée Plénière, le 19 décembre, un vœu sur l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques n'avait pas été soumis aux votes, comme d'autres vœux présentés par différents groupes politiques, car, comme l'indique le règlement intérieur de la collectivité, il dépassait le cadre de l'intérêt régional. « Je resterai ferme sur ce sujet » indique Carole Delga. L'Assemblée régionale est une assemblée de travail, pour les femmes, les hommes et les territoires d'Occitanie, avec des délibérations portant sur des projets concrets pour eux, et non une tribune politicienne pour évoquer les sujets d'actualité qui se déroulent dans notre pays ou le monde.